Organisation

Comment aménager sa boutique

Présenté au monde le

BOUTIQUE
(Nom féminin du grec apothêkê, entrepôt)
1. Petit magasin, local où l’on propose des marchandises à la vente, généralement au détail.
2. Atelier dans lequel travaille l’artisan. Exemple : la boutique du cordonnier.
3. (Métonymie) Ensemble des marchandises qui se trouvent dans un petit magasin.
4. Page d’un site marchand permettant à l’internaute d’acheter des produits en ligne.
5. « Parler boutique » : évoquer des sujets professionnels, dans une discussion qui exclut les non-initiés.

Préparation

Pourquoi aménager ? La boutique est le lieu de vente dans lequel le commerçant ou l’artisan propose ses produits (et services) à la clientèle. Cette surface de présentation des marchandises forme — avec l’arrière-boutique dévolue au stockage — les deux espaces nécessaires d’un commerce. Or l’un et l’autre doivent être correctement aménagés pour permettre au commerçant de montrer ses articles dans de bonnes conditions. Que vous procédiez à la création d’un nouveau magasin ou à la rénovation d’une boutique déjà existante, il est indispensable de penser l’agencement du local pour donner envie au client de venir, d’acheter et de revenir. L’aménagement de votre boutique dépend de deux facteurs essentiels : le secteur d’activité et le local dont vous disposez.

Le secteur d’activité. C’est une évidence : tous les magasins ne se ressemblent pas. Personne ne confondrait une épicerie fine avec une pharmacie, une mercerie avec une bijouterie, une librairie avec une cave à vins, une galerie d’art avec un magasin de jouets. L’agencement du magasin, sa décoration, ses codes doivent correspondre aux produits proposés : des baguettes de pain, des compositions florales, des vêtements, des instruments de musique, des voitures ou des deux roues, des ballotins de chocolats ou des flacons de parfum, des machines à coudre, des pots de peinture, des lunettes ou des chapeaux. Entre les lignes, on lit que c’est avec la clientèle visée qu’il faut entrer en cohérence — en fonction de l’âge, des moyens financiers, des habitudes culturelles, des valeurs partagées.

Le choix du local. Dans le commerce, la première règle est celle de l’emplacement. La rue est-elle passagère ? Autrement dit, pouvez-vous compter sur le passage pour vous apporter des clients ? Dans le cas contraire, il faudra que la notoriété de votre enseigne soit suffisamment forte pour attirer le chaland. L’emplacement conditionne, en outre, l’accessibilité du magasin, la possibilité (ou non) de se garer, également la surface du local. Évidemment, en pratique, on prend le local qu’on trouve selon les disponibilités et ses liquidités. Mais il faut s’assurer que le bâtiment soit en adéquation avec la clientèle visée, qu’il offre suffisamment de potentiel, notamment qu’il soit réellement aménageable au regard de sa surface, de sa configuration, de son orientation. Pensez aussi à respecter les règles d’urbanisme, à assurer l’accès des personnes handicapées et la sécurité (incendie, évacuation). Enfin, soignez vos relations avec les commerçants du quartier : ils vous enverront des clients et vous tiendront informé.

Mode opératoire

Comment aménager ? L’aménagement d’une boutique est une tâche continue, jamais terminée, toujours à reprendre. N’escomptez pas agencer vos présentoirs une bonne fois pour toute. Préparez-vous plutôt à constamment devoir porter un regard neuf sur votre boutique pour l’améliorer et surtout la faire vivre. Le client aime le changement et il faut nourrir sa curiosité pour le pousser à revenir régulièrement. Si vous êtes bricoleur ou que des amis vous aident, vous pouvez aménager votre boutique par vos propres moyens. Dans le cas contraire, il est toujours possible de faire appel à un spécialiste de l’agencement de magasin. À envisager si vous n’avez vraiment aucun sens pratique ou un goût esthétique hésitant…

1. Structurer la boutique

Votre boutique est le lieu (unique) dédié à la vente de vos marchandises. Mais cette affectation ne doit pas occulter la diversité des espaces : la vitrine (extérieure et intérieure), le comptoir de vente, les rayons, la réserve (l’arrière-boutique) et l’éventuelle terrasse pour les consommateurs ou simplement le trottoir qui vient recevoir des panneaux ou chevalets. À l’intérieur, votre boutique ne doit pas figurer un grand tout indéterminé. Veillez à la propreté et à la fraîcheur du local (et des produits). Il faut repeindre de temps à autre, changer les meubles de place, refaire la déco. Rien de pire qu’une boutique restée « dans son jus », où tout est jauni, défraîchi, démodé. Par ailleurs, optimisez l’espace, structurez, ayez une vue d’ensemble de votre magasin, évitez de surcharger, investissez dans des rangements logeables. Le minimalisme, la clarté ou l’harmonie doivent apparaître au premier coup d’œil, dès que le client entre dans le magasin. Soyez bien sûr que les foutoirs innommables font fuir la clientèle…

2. Animer la boutique

La boutique traditionnelle voyant les présentoirs se succéder les uns aux autres jusqu’à perte de vue a fait long feu. L’heure est à la différenciation. Sauf positionnement de type industriel, le magasin ne doit pas ressembler à un hangar, un dépôt, une usine. C’est pourtant le reproche qu’on peut faire à de nombreuses échoppes qui, présentant mécaniquement et régulièrement les produits, manquent de fantaisie. Une boutique n’est pas (qu’)un entrepôt de marchandises. C’est un lieu convivial et cosy, qui doit proposer au client quelque chose en plus. Autrement dit, l’expérience physique en magasin doit comporter un avantage indiscutable par rapport à une commande sur internet et refléter vos qualités professionnelles : conseil, exigence, sérieux, flair. Organisez des animations, des conférences, des démonstrations, des sessions de personnalisation d’articles, etc. Vous pouvez, par ailleurs, utiliser vos affichages et installations pour divertir le client, lui donner des idées, lui apprendre des choses.

3. Pousser à la flânerie

L’objectif de l’aménagement est que le client ait envie de rester dans la boutique, de découvrir vos produits et, bien sûr, d’acheter. Aussi, veillez toujours à son confort et à son bien-être en adaptant la luminosité et la température, en vous dotant d’un fond sonore, en diffusant des odeurs, en soignant l’accueil. Le client ne doit jamais avoir l’impression d’arriver comme un chien dans un jeu de quilles mais bien dans un lieu ouvert, qui lui est destiné et dans lequel il a toute sa place. Car si le client se sent bienvenu dans la boutique, il reviendra plus souvent, y compris s’il n’a besoin de rien, juste pour se promener. Les rayonnages doivent impérativement inciter à la déambulation, ce qui suppose que les clients aient la place de circuler sans se gêner. Pensez aussi à vous : il faut pouvoir garnir les rayons facilement. La flânerie est donc l’effet que vous devez chercher à obtenir, notamment en imaginant et en mettant en scène un circuit de visite. Le client doit spontanément songer à faire le tour du magasin pour découvrir tout ce que vous proposez. Il faut donc le conduire d’espace en espace jusqu’au comptoir.

4. Délimiter des espaces

Dès l’entrée, le client doit tout avoir sous les yeux. Pour qu’il se repère, dégagez la vue, évitez les meubles hauts. Ensuite, découpez fictivement le local en divers espaces, selon votre activité, vos envies, vos possibilités : la boutique, le salon, le musée, l’atelier, les cabines d’essayage, le stand de dégustation, le bistrot, etc. Puis distribuez ces espaces dans la boutique en élaborant le circuit de visite. Enfin, créez ces divers lieux dans le magasin en creusant — selon vos contraintes — les pistes suivantes. Jouez sur la disposition des présentoirs et des rayonnages ; placez des revêtements au sol et des tissus aux murs, suspendez des éléments au plafond, donnez à chaque espace une couleur ; retapez de vieux meubles (commodes, petites tables, fauteuils) pour créer une atmosphère plus intime, qui donne l’impression d’être à la maison ; affichez sur les murs (grâce à des bannières ou pancartes) le nom des espaces et des rayons ; installez des luminaires, spots et plafonniers pour mettre vos produits en valeur et distinguer les espaces.

5. Créer une ambiance

Toute boutique dégage une atmosphère, positive ou négative. Quelle ambiance vous permettra de diffuser votre message1Agencer sa boutique, c’est tacitement diffuser un message : convivialité (cave à vin), hygiène (pharmacie), gourmandise (épicerie fine), sobriété (alimentation bio), élégance (cordonnerie & botterie), etc., valoriser vos produits, vous différencier de la concurrence, influencer les ressentis du client, influer sur son comportement et l’inciter à visiter, acheter, revenir ? En fonction de votre réponse à cette question, choisissez un style, des couleurs, des matières nobles (bois2Le bois donne une image d’authenticité, aussi bien pour une cave que pour une pharmacie. et tissus) ou plus modernes (métal et plastique). Compensez l’étroitesse éventuelle des lieux par l’ergonomie des présentoirs et une décoration chaleureuse. Misez aussi sur la robustesse des équipements : rien ne doit faire toc, tout doit être joli mais également durable. Prévoyez éventuellement un coin pour les enfants et, surtout, des sièges pour que les accompagnants de vos clients puissent s’asseoir.

6. Afficher son positionnement 

L’aménagement est loin d’être anecdotique. Car le magasin est la première image que l’on a de vous et de vos articles. La boutique doit être pensée comme un espace d’exposition, mais également comme l’ambassade d’un mode de vie — celui qui correspond à vos produits. La disposition, l’aménagement et la décoration sont une opportunité de créer un univers, une occasion de donner vie à votre approche du métier. D’ailleurs, on n’ouvre pas simplement sa boutique pour gagner sa vie mais bien pour créer quelque chose à soi, en recherchant la protection du genius loci, l’esprit du lieu. Cet esprit — votre ADN, votre blason — vous donnera cohérence et lisibilité : vous proposez un ensemble de produits à une certaine clientèle pour tel type d’usage. Voilà votre positionnement et votre originalité.

7. Valoriser sa clientèle

Reste à séduire les clients pour les rallier à votre enseigne. Attirez votre clientèle cible en développant un sentiment d’appartenance, en utilisant son besoin de reconnaissance et de distinction. On doit donc trouver dans votre boutique tout ce qui relève de votre sphère d’activité, mais uniquement ce qui en relève. Le reste doit être exclu sous peine de brouiller la communication, de « casser l’ambiance », de véhiculer une image contradictoire. Tout cela doit aussi vous aider à vous démarquer de vos concurrents. Car face à des concurrents qui proposent le même produit que vous, généralement à un prix équivalent, ce sont évidemment le charme de votre boutique et votre sens du service qui pourront faire la différence. Vos clients doivent être fiers de se servir chez vous.

8. Soigner la vitrine

L’extérieur de la boutique présente la devanture et la vitrine qui, elle-même, comprend la vitrine extérieure et la vitrine intérieure. La devanture est la partie de la façade qui encadre la vitrine, c’est l’ornementation du mur, avec la signalétique extérieure, l’enseigne, l’éclairage. Tout cela doit contribuer à attirer positivement l’attention, y compris depuis le trottoir d’en face, et inciter le client à s’arrêter dans sa course pour visiter le magasin. Montez donc un décor imposant et harmonieux, soutenu par une palette de couleurs restreinte et un éclairage épuré mais puissant, surtout en journée, qui indique au passant ce qu’il faut regarder. La vitrine doit délivrer un message ou, plus simplement, mettre en scène une idée, dynamiser un produit, illustrer un service. Pensez à renouveler régulièrement la vitrine. Exposez peu d’articles mais changez souvent, en suivant vos envies, les tendances, les saisons. N’oubliez pas que le soleil altère la qualité des marchandises exposées en vitrine… Affichez systématiquement les prix et optez pour des étiquettes en rapport avec votre activité. Sur la porte, ne doivent figurer que les horaires du magasin et un (joli) panneau ouvert / fermé dans un design proche de la tonalité de la boutique.

9. Exposer les produits 

Le client vient de se décider à entrer dans le magasin en se fondant sur la vitrine. Il faut donc que l’intérieur de la boutique soit dans la continuité de l’extérieur, pour lui éviter toute déception qui se traduirait par une sortie prématurée… Le cœur d’une boutique, ce sont ses produits : elle n’existe que pour présenter des articles au client. Or, la mise en valeur des produits passe — outre les aspects déjà évoqués (les espaces dédiés, la largeur des allées ou encore la qualité de l’éclairage) — par les présentoirs et l’affichage. Les articles doivent être présentés à hauteur de vue3Vous adressez-vous à des enfants, à des personnes âgées, à des femmes ou à des hommes ?, ni trop haut ni trop bas, être bien visibles et faciles à attraper. En fonction des rayons que vous avez déterminés, classez les produits par types et catégories puis disposez-les sur des supports : présentoirs, étagères, chevalets à peinture, comptoirs, armoires de présentation, petites vitrines, échelles, podiums, colonnes, ilots, gondoles, voire plantes en pot, arbustes, miroirs, porte-manteaux.

10. Transformer l’essai

Quel que soit son secteur d’activité, la raison d’être d’une boutique est la vente des produits4Et la réalisation d’une marge suffisante pour vivre de son activité.. Rien ne sert de faire venir et revenir le client, de le mettre à l’aise et le choyer s’il n’achète pas. Or présenter ses articles et apporter un conseil éclairant ne suffisent pas toujours. Il faut pousser le client à acheter, disons faciliter sa décision d’achat. C’est tout l’art du merchandising. Soignez les mises en avant de produits et offres promotionnelles. Placez les gadgets près des caisses et proposez des kits ou lots insolites pour encourager les achats spontanés. Les produits les plus recherchés doivent figurer aux endroits les plus en vue, également ceux sur lesquels vous prenez une bonne marge… Les articles très spécialisés — pour lesquels les clients viennent exprès — peuvent être mis plus à l’écart. Pour vous aider dans la pratique de cet art difficile, suivez les tendances, surveillez les concurrents et piquez-leur des idées. Faites en sorte d’avoir le meilleur : la meilleure décoration, le meilleur accueil, le meilleur rapport qualité-prix. C’est tout cela qui, progressivement, fait d’une boutique un lieu à part, d’un lieu à part une « maison », d’une maison une institution.

Illustrations